N'OUBLIONS PAS DE CONTEMPLER POUR PRENDRE SOIN

J'ai toujours été une contemplative des couleurs et lumières mais cette période que nous traversons en 2020-2021 est pour moi une invitation à contempler davantage tout ce qui nous est offert et particulièrement Dame Nature en bord de mer ou bien dans des espaces très ouverts de marais ou encore à mon domicile : ainsi j'y vois les levers de Lune et de Soleil à l'horizon, les couchers de Soleil, les lentilles de Fresnel des phares tourner comme un diamant dans la nuit, l'eau, les bateaux... j'y ressens la profondeur de la voie lactée, j'y observe les organismes et êtres vivants de notre planète Terre et ceci des heures et jours durant sans jamais me lasser et toujours m'émerveiller.

C'est à présent ce qui donne un sens à ma vie : la contemplation de jour et de nuit des trésors de la Création.

Elle m'ouvre curieusement à un grand voyage intérieur qui me connecte à l'essentiel, éteint ma peur, mon impatience, mon impuissance. Je m'abandonne et je fais confiance.

Le silence m'apaise, et la nuit quand tout est feutré et que je contemple les étoiles, j'ai l'impression d'être hors du temps. Le jour les couleurs et lumières à contempler sont parfois belles à en pleurer, et alors je n'ai pas de mot pour exprimer ma gratitude.

La contemplation me reconnecte au rythme des saisons, au cycle de la Vie où tout se transforme, meurt et renaît, elle est un cadeau extraordinaire de gratuité.

Je ne sais pourquoi elle s'est invitée avec tant de place dans ma vie, mais pour l'instant je me rends simplement disponible à ses invitations sans me poser davantage de questions, car la contemplation m'offre le calme intérieur, l'harmonie, elle m'enseigne à prendre soin et aussi ce que je ne pourrais apprendre nulle part ailleurs.

Alors quand j'en ressens le besoin, quelle que soit la saison, je pars souvent dormir en bord de mer, dans les marais ou ailleurs.

CONSCIENCE A CE QUI EST

Je me suis réveillée afin de contempler

C’est si beau l’univers dans cette obscurité

Tout à l’heure quand le jour point’ra l’bout d'son nez

Ce seront les couleurs qui vont s’illuminer

C’est l’amour du vivant, c’est beau à en pleurer

Comment partager en humanité

Tout’ cette profondeur à mes frères et sœurs

Comment expliquer que la Source est là

Combien elle nous donne sans compter tant de joie

Et que vous n’avez rien besoin pour cela

Rien besoin si ce n’est d’accepter ce qui est

 

Avez-vous ressenti un jour cette beauté

Un film, une musique, un tableau d’un musée,

Un paysage, une fleur, notre belle voie lactée

Vous pouvez la r'trouver quand vous le désirez

Et vous sentir relier à cette Vie unifiée

 

Tous les jours, tout’ les nuits, j'aime à remercier

Cette invitation à l’intériorité

Cette conscience éveillée à tout ce qui est

Dans cette traversée pour me libérer

Puisqu’au bout de la peur, le cadeau est donné

Paroles : Isabelle Brisseau